Inktober terminé, robot trader et 8-bits sprite editor, mise au point sur les cryptomonnaies

Semaine du 29 octobre au 3 novembre 2018 :

Inktober terminé 😀

J’ai terminé le Inktober avec 15 dessins en noir et blanc, avec tout les mots de la liste dans les dessins. Je me sens enfin soulagée, et vais attendre un peu pour la coloration. D’ailleurs, je vais vous parler après de cette histoire de vente contre des Ethers, car il y a un changement de programme. En tout cas, vous pouvez aller voir les dessins au format 1/4 de la taille :

  • sur ce blog : http://thee-donistmonk.com/mes-dessins
  • sur deviantart : https://www.deviantart.com/timidouveg

Début du robot trader

J’ai commencé à programmer mon robot et un petit programme annexe. J’ai installé l’API sur mon Linux et j’ai du me battre un peu avec les librairies pour faire fonctionner l’ensemble. J’ai pu ensuite connecter mon robot à la plateforme d’échange via mon compte et récupérer la date du serveur 😀 On peut bien entendu récupérer les prix, etc… et passer des ordres, mais je n’en suis qu’au tout début, donc récupérer la date était le test de base à faire 🙂

Ouuuiiiiii, ça fonctionne

I am a nerd kawaii girl x)

Le petit programme annexe est un éditeur de sprite 8-bits pour faire des images optimisées selon un format de fichier personnel en m’inspirant de ce qu’on faisait dans les vielles consoles comme chez Nintendo par exemple. Vous savez peut-être déjà que je fais des jeux retro et à côté des prototypes de rendu graphique old-school. J’aime bien les optimisations qu’on faisait avant pour les vieilles machines. On arrivait à faire des jeux vraiment super avec peu de ressources, et même les vieux ordinateurs comme l’Amiga, ou le Commodore 64 pouvaient être très stables et efficaces pour l’époque. J’aime imaginer comment faire tourner mes jeux sur des low-tech en raison des conséquences de la surenchère des technologies vis à vis de l’environnement et de la géopolitique (métaux ou minéraux dans des territoires instables) et pas toujours, si ce n’est pas justifié du tout par de réels besoins, mais plus tôt par le marketing et la surconsommation à des fins capitalistes. Le capitalisme dans ce qu’il y a de plus néfaste, et non dans ce qu’on pourrait envisager d’en faire pour le bien commun. J’ai commencé à faire ce petit logiciel pour me concocter des sprites 2D sympatoches et aussi des polices de caractères matricielles (bitmap font). Mon robot aura une interface graphique et donc j’aimerai lui donner un aspect jeu. Là, c’est du pur plaisir nerd kawaii girl, je veux faire un générateur de revenus réels (revenu de base personnel avant l’heure ?) avec un design inspiré de de style comme celui de Puzzle Bobble sur SNES par exemple. Je sais, c’est WTF à fond la caisse, et j’assume ma folie 😀

Installation de Raspbian Stretch Lite

J’ai aussi installé Raspbian sur une carte SD de 32 Go et ai pu démarrer mon Raspberry Pi 3 B+. L’OS est en fait un Raspbian Stretch Lite, donc sans interface graphique, ni serveur X. J’ai donc installé un serveur X et un gestionnaire de fenêtre ultra-minimaliste mais configurable entièrement pour m’éviter les programmes superflus et pour pouvoir faire moi-même l’interface graphique. Mon objectif est de pouvoir booter sur mon robot et son interface graphique directement. Cette carte SD ne va servir qu’à ça. J’ai deux autres cartes SD de 1 To (oui oui) qui vont arriver chez-moi dans peu de temps normalement. Là, je testerai d’autres OS pour Raspberry Pi 3 et pourrais y mettre ce que je veux, selon mes envies et mes projets futurs. en tout cas, pour l’instant ce mini ordinateur est réservé au trading automatique, pour m’assurer, si mon projet se passe bien, un revenu indépendant de la volonté humaine et des moyens humains à me soutenir, pendant que je dessine, programme, joue, vis ma vie, fais des trucs quoi 🙂

20181101_180439

Mise au point sur les cryptommonnaies

Parlons de comment va se présenter la vente de mes dessins numérisés et colorisés, ainsi que mes jeux-vidéo, bandes dessinées, etc… Je vous avez parlé de proposer les prix en Ethers et donc d’échanger cette cryptomonnaie contre mes œuvres. J’ai pour cela proposé une méthode qui avait comme avantage, en théorie, de vous faire faire au passage des profits en même temps qu’à moi, tout en vous procurant vos achats. Ce serait possible de faire ça, mais l’ennui est que c’est compliqué d’un point de vue fiscal. En effet, dés que vous échangez votre cryptomonnaie contre quelque chose, vous devez déclarer cela aux impôts et vous risquez de payer cher l’impôt, alors même que la valeur du bien ne sera plus disponible en monnaie pour vous acquitter de l’impôt. Ce n’est pas très simple à comprendre ? En effet, et ça l’est encore plus à appliquer. De plus de mon côté, je ne sais pas encore exactement comment je vais devoir déclarer mes gains. Faute de renseignements fiables, sachant qu’en plus, l’Ether comme la plus part des cryptomonnaies est trop volatile pour vous proposer des prix vraiment stables, et considérant que lorsqu’on veut acheter quelque chose on n’a pas envie de se demander ce qu’il faut calculer pour les impôts, ou combien d’impôts ont devra encore payer, j’ai décidé d’abandonner cette méthode de paiement. Ceci dit, vous pouvez toujours me faire un petit don en Ethers si vous le souhaitez et que vous maîtrisez bien ce type de monnaie.

Alors comment ça se passe du coup ? Et bien, je proposerai mes prix en euros et vous pourrez acheter ici comme sur n’importe quel site commercial, avec des euros. On perd tous les avantages dont je vous avez parlé, mais au moins, on ne se retrouvera avec aucune mauvaise surprise, et se sera comme partout ailleurs. La cryptomonnaie est considérée par le conseil d’État en France comme un actif financier, voir un bien meuble, mais pas comme une monnaie. Et de plus, depuis le pic du Bitcoin de fin 2016, les spéculateurices ont aussi considéré cela comme des actifs pour s’enrichir et non plus comme de la monnaie destinée à être échangée et contrer les banques. Finalement, la spéculation rend le principe de la cryptomonnaie caduque, et c’est dommage. Certes, je cherche avec mon robot à profiter de cela, mais en même temps, je me dis qu’on passe à côté d’un système monétaire révolutionnaire à cause de ça. Je suis donc pour les cryptomonnaies devant servir de monnaie avant tout et donc limités en valeurs pour empêcher la sur-spéculation. Il faut que le principe de base profite au monde d’un point de vue monétaire, et pas que rien ne change à part l’existence d’actifs à haute rentabilité (mais aussi très risquées).

D’autant que si les cryptomonnaies promettent autant de rentabilité, quand c’est justement parce qu’on attend qu’elles deviennent les monnaies de demain. Autrement, elles perdent de leur intérêt et donc de leur valeur. Par contre, heureusement, la technologie blockchain reste d’un grand intérêt pour cela mais aussi pour d’autres applications en-dehors de la monnaie et de la finance. C’est pour cela qu’on peut trouver des personnes qui ne croient pas en la pérennité des Bitcoins et autres cryptomonnaies. En tout cas, d’un point de vue purement spéculatif. Enfin, même si les valeurs redevenaient plus raisonnables et stables, et donc que le principe de monnaie d’échange redevenait envisageable, les investissements au bon moment resteraient intéressants. A voir ce que ça vaut sur le long terme, mais la technologie derrière, elle, ne peut pas souffrir de la spéculation. C’est pourquoi je crois en la technologie, tout en étant réaliste sur le reste 🙂

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me faire un don en Ethereum 🙂
Ethereum : 0xab7dD988aD7348C75db90343591596974A435803

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *