No Comment 004, changement de programme…

Je vous écris cette note parce que j’ai eu un N-ième moment de mal-être en cherchant à monter l’épisode 004 de No Comment sur le thème des résultats des élections présidentielles. Le temps passe, je n’arrive pas à faire ce foutu montage sans avoir envie de tout envoyer balader. Je n’arrive pas à trouver des illustrations, déjà parce que maintenant les chaînes et journaux se sont appropriés l’information par droits d’auteurs et donc je ne veux pas être censurée après avoir fait un gros travail de montage. Et aussi parce que je me rends compte que j’ai avancé des hypothèses comme des faits, mais que je n’arrive pas à prouver ce que j’avance.

Je pensais avoir pas trop mal préparé mon script, mais non. Je n’ai effectivement pas cherché les sources dont j’avais besoin pour étayer ce que je croyais vrai. Peut-être que ces choses que je crois sont vraies, mais je suis incapable de le démontrer. Je ne veux pas faire des vidéos où je donne juste mon avis. Je n’ai pas assez d’estime de moi-même pour croire que ça a un quelconque intérêt. Je suis déjà généralement assez facilement énerver de voir les gens étaler leur avis partout comme des vérités, alors faire des vidéos pour en faire autant, non merci. Je ne supporte pas ça.

En ce moment, je suis bien plus motivée par le code de jeux relativement simples, enfin plus simple que ce qu’est Demiurge 3D. D’ailleurs, je pense qu’il ne faut pas être fin psychologue pour se rendre compte qu’il y a clairement un problème que j’essaye encore une fois de cacher à tout le monde. Enfin non, pas vraiment, j’ai toujours tendance à vous raconter quand ça ne va pas. Mais disons que annoncer récemment que je divisais Demiurge en 3 jeux, même si c’est une bonne méthode, et même la meilleure si je ne veux pas sombrer définitivement, ça montre bien que je ne m’en sors pas psychologiquement.

La vérité, que j’ai souvent dissimulé derrière le terme très vague de handicap. Je suis reconnue handicapée à 50% en raison des effets que ça a sur ma vie entière. Il est possible que je sois éligible à plus en fait. La vérité donc, c’est que je suis incapable de m’organiser, de structurer mon esprit et que même parler, expliquer quelque chose est très difficile voir impossible pour moi. Pendant un moment j’avais pensé faire des tutoriels par exemple. J’ai du abandonner cette idée parce que je suis incapable d’expliquer les choses. Je les comprends parfois très vite, mais c’est comme-ci c’était dans un langage inconnu. Tout ce présente en images qui défilent très vite dans ma tête et ne répond pas aux règles du temps. Avec ça, je ne sais pas comment restituer ça en vidéo ou même IRL. Tout à l’heure, je me parlais à moi-même parce que j’étais au bord de la crise d’angoisse. Je parlais si vite, puisque dans ma tête c’est bien plus rapide encore, que je n’avais plus le temps de trouver les bons mots et de construire des phrases cohérentes. J’ai fini par bégayer et j’ai compris que je faisais une crise de confusion mentale quand j’ai voulu attraper un vêtement et que ma main est passée au travers comme un fantôme. En fait, elle était 2 cm au-dessus du vêtement, mais je n’arrivais plus à la repérer dans l’espace. Je sentais mes membres en retard par rapport aux décisions dans mon cerveau. Mon esprit était trop rapide par rapport au corps.

Ce No Comment 004 sur les présidentielles a provoqué une crise en moi. Depuis plusieurs mois, je me sens agressée par la connerie des gens. Je suis désolée pour ces propos, je sais que je ne fais pas exception à la règle, mais je ne crois pas atteindre un tel niveau de stupidité. Et c’est ce que j’ai eu besoin d’exprimer dans ma vidéo. Mais au montage, j’ai sentis que même si j’ai voulu modérer mes paroles, il y avait une violence venant de moi qui aurait pu passer pour du mépris. Déjà qu’en plus j’ai plusieurs heures à monter sur un temps plus court, avec des images qui manque à cause d’un téléphone qui n’a pas tenu le coup vers la fin, et un micro-cravate qui enregistre mes cheveux frotter dessus. Mais, sentir cette colère et surtout cette impression de prendre tout le monde de haut m’insupportais.

J’ai donc décidé que je ne continuerais pas à monter ces images et ce discours que je tenais. Je n’ai plus envie d’aborder ce sujet des présidentielles et me demande si je vais encore faire d’autres No Comment sur l’actualité et la politique. Et de la même façon, j’ai parfois envie de ne plus trop aller sur Facebook, Twitter, etc… tout comme éviter le plus possible de passer devant une télé ou une radio, pour éviter de voir ou d’entendre même la voix de quelqu’un qui sera encore payé à étaler son ego proéminent. Je suis déjà la plus part du temps enfermée à éviter les gens. Je crois qu’il va même m’être impossible de continuer à essayer d’écouter les gens, tellement ça affecte ma santé mentale. C’est pour ça aussi que vous voyez si peu souvent d’articles sur des sujets sociaux et politiques. En générale, toutes les grandes idées de ces grands génies qui parasitent ce monde me blessent au point de ne plus trouver la force de l’écrire. Et jusqu’à maintenant je vous avez épargné ce que j’en pense vraiment, pour vous éviter beaucoup de violence, étant donné qu’on est assez servit comme-ça quotidiennement.

J’ai dans l’idée de ne plus faire que des courtes vidéos pour avoir le temps et l’énergie de pouvoir étayer ce que j’avancerais. Et sur des sujets qui me mettent de meilleure humeur. Si je n’étaye pas mes propos alors ce sera des réflexions que je partage et qui seront assumées comme subjectives et rien d’autres. Comme-ça si vous aimez ce que je peux avoir à penser, ce sera plus productif. De manière générale, j’ai décidé de ne plus chercher à faire trop de travail pour produire quelque chose. Je choisirais des solutions plus simples. La facilité, vous savez ce truc qu’on nous a appris à détester pour préférer nous compliquer la vie sans rentabilité au bout du chemin. Je me fiche de ce que les grands intelligents avec leur morale à deux balles en penseront. Maintenant, il faut réussir à se déconditionner pour appliquer cette sage décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *