Montage de vidéo avec Blender, note nécessaire et respect de soi

La semaine du 13 au 19 novembre 2017 s’est concentrée autour du montage et du tournage de vidéos. J’ai déjà parlé la dernière fois d’une contribution à un projet de vidéo de Leslie, une très sympathique vidéaste vegan sur Youtube. J’ai aussi enregistré ma voix en commentaire pour ma future vidéo sur le Inktober et avancé sur le montage.

Je monte maintenant sur Blender, ce qui me permet de rester sur Linux pour travailler. Et ça fait du bien 🙂 J’ai beaucoup de choses à apprendre dessus, mais ça viendra. J’ai réussi des trucs que je craignais pas pouvoir faire avec Blender, du coup je suis rassurée à ce sujet. Ce qui est fantastique avec ce logiciel, c’est que je peux faire mes fonds vidéos moi-même, créer des effets spéciaux avancés, incruster dans des mondes de synthèse créés par mes soins. Bon je n’en suis pas encore aux mondes de synthèses qu’en-même x)

J’ai aussi écris une note pour exprimer mon mal être vis à vis de ma situation. Je vous laisse la lire si ce n’est pas déjà fait. C’est aussi une critique d’un système, ce n’est pas exclusivement sur mon propre ressentis. Vous pouvez donc vous retrouver dans ce que je dis sans problèmes. Elle s’appelle « Seule face au devoir d’autonomie ».

Enfin, je parle un peu d’aujourd’hui, mais si je me répéterai sûrement samedi prochain. J’ai repris le code de TFL 0.7. J’appréhendais la lecture de code-source et la perte de compétences en programmation. Finalement, ça c’est bien passé 🙂 J’ai commencé à me coucher tôt hier soir, après cette note que je devais écrire pour me sentir un peu mieux. J’ai aussi recommencé à mieux me nourrir, c’est à dire à raisonner la quantité de nourriture dans mes assiettes. Ce sont des choses qui apporte beaucoup dans ce genre de cas. Il faut dans la mesure du possible essayer de ne pas se négliger pour au moins pouvoir encore compter sur soi, même si on est pas au meilleur de notre forme. Prendre soin de soi, se respecter, toujours 🙂

Seule face au devoir d’autonomie

Je vais vous parler un peu d’un gros problème qui pourri mes journée, et même ma vie à vrai dire, aujourd’hui. Avant ça, une petite précision concernant le compte-rendu de cette semaine du 13 au 19 novembre 2017. Je l’écrirai et le publierai lundi pour me laisser un peu avancer sur ce que j’ai fais cette semaine et aussi parce que je ne suis pas disposée à faire ça aujourd’hui. Aussi, je vais revenir à l’habitude de faire ça le samedi et me laisser le dimanche de repos et de légèreté 🙂

Enfin bref, ce que j’ai dis là est dans le sujet de cette article à vrai dire. Je suis incapable, ces derniers temps, de me coucher à une heure correcte par rapport à mes besoins physiologiques. Je vais essayer d’identifier précisément les facteurs qui sont à l’origine de ce problème et aussi rendre compte des conséquences. Ce que je ressens depuis quelques jours, c’est une très très grande fatigue physique et mentale. Actuellement, je vous écris en direct de mon lit, parce que la position assise est trop pénible et debout c’est pire. Je ressens régulièrement un très gros besoin de dormir à n’importe quelle heure de la journée. Je me lève très tard, en début et même milieu d’après-midi, complètement décalée et à peine j’ai mangé que je dois me recoucher.

Autant vous dire que mes jeux, mes dessins, mes vidéos, écrire ici, etc… ne sont plus que des tâches infaisables, comme-ci il fallait être des centaines dessus pour les faire. J’en suis à oublier des trucs, à ne même plus comprendre aussi bien qu’avant ce que je lis, ou ce qu’on me dit. D’ailleurs, je n’aime plus trop qu’on me parle, ça me rend agressive tellement je somnole ou que je suis perdu dans mes pensées. Je sens au fond de moi l’envie de créer mes jeux, faire des dessins, faire ou finir des vidéos en cours, etc… mais c’est comme une envie lointaine, perdu dans un océan de pensées sans actions possibles et de fatigue. J’ai juste besoin de vraiment dormir. Pas un sommeil pourri non-réparateur.

Ce qui se passe c’est que le soir, je n’arrive pas à décrocher d’Internet. Je regarde n’importe quoi sur Youtube, j’attends la prochaine notification sur Twitter et c’est à peu près tout. Quand je me mets qu’en-même sur un travail, par exemple en ce moment c’est le montage d’une vidéo sur mon Inktober. Et bien, j’ai du mal à me concentrer dessus sans être parasitée par des pensées tous azimuts et une impression de manque d’énergie important. Mais je reste devant Internet jusqu’à 1h30, 2h00, et hier soir 3h00 du matin. Et ce que je regarde m’ennuie en plus. Je n’ai même pas envie de regarder passivement des trucs. Je ne comprends même pas pourquoi je fais ça. Alors je me dis, bon aller va te coucher maintenant. Et c’est à ce moment que je sens ce qui se passe en moi.

Je ressens l’impression que se coucher c’est perdre son temps. Que c’est ennuyeux, et j’appréhende un manque très désagréable. L’impression que je vais m’ennuyer plus encore et que ça se ressentira comme une douleur dans mon être. La peur de se coucher et de ne rien faire. Je crains le coucher. Pourtant là, je suis au lit et ça me soulage, mais alors que j’aurais du faire un gros dodo ou au moins une sieste, et bien non, j’ai regardé Internet encore et encore. Parce que je n’arrive pas à accepter de dormir et donc de ne pas profiter du temps que j’ai dans ma vie pour faire quelque chose et finir ce que j’ai commencer. Et finalement, ce n’est pas la peur de dormir que j’ai. J’ai peur de ne pas avoir assez vécu et de mourir sans avoir réussi quoi que ce soit.

Je vis chez mes parents, et j’ai 34 ans. je voulais partir depuis très longtemps et j’ai toujours échoué à le faire. Les problèmes de logement en France et mon incapacité à accepter un emploi me rendent incapable de partir. Ma vie se résume à une chambre et Internet. Je ne peux même pas transitionner pour vivre mon identité féminine sereinement et je dois cacher ma transidentité. J’ai du mal à donner des détails sur ma vie réelle, parce que ça a tendance à nourrir mes tendances dépressives et chatouiller l’ombre du suicide. J’ai certes un attachement à la vie importante, comme disait le psychiatre que je voyais, une grande force intérieure. Mais, être face à la réalité de ma vie qui file devant moi sans jamais réussir à dépasser suffisamment cet état de spectatrice impuissante me fais apercevoir pas très loin le désespoir accompagné de la grande faucheuse. Je devrais en faire un dessin.

Du coup, devant mon impuissance, l’énergie qu’il faut consommer pour sortir de ma situation et l’absence de ressources psychologique pour le faire, je n’ai plus que l’addiction à Internet. C’est un peu mon alcool ou ma drogue. Ce truc qui pendant ce temps là m’évite de trop penser à ça. Parce que j’ai essayé d’échafauder des plans, des stratégies, mais aujourd’hui, j’en suis toujours au même point. La vérité est que je suis incapable seule de me sortir de ma situation. Il va falloir que quelqu’un se dévoue à venir me chercher et arrêter de tenir ce discours habituel laissant croire qu’on peut se tirer de sa situation seule. C’est peut-être vrai pour des gens, mais pas pour tout le monde. Il y a des gens qui seront sûrement toujours dépendantxs des autres. Il faut s’y faire. Pourquoi tant de gens boivent, ou fument des pétards, ou passent leur temps dans le virtuel ? Pourquoi il y a toujours plus de pauvres (en plus des conditions politiques lamentables) qui ne montent pas socialement ? Pourquoi les sectes font toujours autant fortune ou voient leur nombre d’adeptes augmenter ? Vivre séparéxs les un des autres, attendant que chacunx se démerde seulx. Alors même qu’il est si facile aujourd’hui d’avoir de la télé, de l’Internet, de la pub, de la malbouffe, de l’alcool, etc… à disposition pour s’enfoncer et aggraver notre cas. Et en plus on croit presque touxs que nous choisissons librement et que donc nous sommes forcément responsable de notre situation. Tout ça est faux.

Bref, je devrais me coucher plus tôt et limiter ma consommation d’Internet. Mais, devoir c’est une chose, ce qui m’aiderait ce serait de pouvoir. Est-ce que je peux ? Seulement si le b.a.ba des besoins psychologiques sont satisfaits. Et ce n’est pas la cas. Je voudrais tant finir cet article en disant, aller je vais encore me relever et je finirai par me coucher tôt, je vais limiter vraiment Internet dans ma vie et ça ira mieux. Mais, même si je vais sûrement le (re)faire encore et encore, je vais aussi m’effondrer et tenter de ne pas craquer de ma solitude et mon incapacité à trouver un lieu pour vivre ma vraie vie, encore et encore. Et réécrire un jour la même chose, attendant vainement que quelqu’un me propose une coloc sympa à très bas loyer pour une RSAiste ou même un lieu marginal. Et de préférence safe pour une femme transgenre lesbienne et gauchiste. Et vegan parce que ce n’est pas un caprice, mais une nécessité psychologique. Au risque de tomber un jour sur un prédateur et ou une communauté malveillante qui profitera de ma faiblesse pour le bien du gourou. Et malgré mon scepticisme, ma rationalité et mon athéisme, je ne verrai pas le piège et tomberai dedans. Faute d’aide.

Je parle de moi là, mais en vrai, ce que je décris, et la critique implicite de la société que j’expose, concerne presque tout le monde. C’est pour ça aussi qu’on peine à se tendre la main. Moi aussi j’aimerais tendre la main à d’autres qui en ont autant besoin que moi. C’est un système de souffrance qui tourne sur lui-même. L’ouroboros d’une société déconnectée. C’est paradoxal pour une société avec Internet. Je vis dans le paradoxe, parce que je suis accro à Internet, donc à quelque chose qui connecte, parce que je ne peux plus me connecter à ma vie réelle. En fait, c’est surtout logique. Je cherche dans le virtuel ce que je n’ai pas dans le réel. Combien sommes-nous dans ce cas là ? Toi qui me lis, tu t’y retrouve n’est-ce pas ? C’est aussi pour ça que des couples se forment et cassent trop vite, ou se maintiennent dans la douleur. Parce qu’au fond, il vaut mieux ça que d’être seulx. Il vaut mieux ça que de galérer seulx à se trouver un logement stable ou à le payer. Et pareil pour les amis. Combien ont des relations amicales malsaines ? Pourtant, alors que d’autres nous auront dit qu’il fallait arrêter d’être maltraitéx et bien on ne rompt pas. On ne s’attache pas seulement aux personnes, mais aussi à des bons moments qu’on aimerait reproduire, mais qui ne le peuvent pas toujours. Parce que quand ça va ou allait bien, ce n’était pas comme maintenant. Alors pour d’autres, il y a une divinité ou une communauté pour remplacer ce qui manque. La même chose, encore.

Il y a tellement de connexions à faire sur presque tout les sujets de la société quand on parle de la frustration humaine vis à vis de sa propre vie. Mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui. en espérant encore… Espérant encore… Espérer… que quelque chose me semble vraiment possible pour changer mon environnement et enfin me sentir bien dans MA vie.

Des dessins et une courte vidéo urgentxs et bientôt une vidéo sur mon Inktober

Encore en retard X) La semaine du 6 au 12 novembre 2017 était un mélange de repos et de dessin. J’ai fais et envoyé les 3 dessins pour le magazine « Carrot Invaders ». Ensuite, j’ai pu commencer le montage d’une vidéo spéciale sur le Inktober dans laquelle je vous expliquerais mes dessins et ce que ce défi m’a apporter 🙂

Enfin, j’ai fais et envoyé ma vidéo pour un projet de Leslie de la chaîne La petite vie de Leslie. Un projet militant en faveur de la cause animale que auquel j’avais très envie de participer. Ce n’était pas évident pour moi en raison de l’endroit où je vis encore, et de manque de matériel. J’ai résolu le manque de matériel en achetant un fond pas trop cher avec 3 couleurs possibles : vert, noir et blanc.

J’en profite pour parler de la difficulté à me filmer en raison du logement. Je vais changer le format de No Comment pour avoir moins de séquences en facecam et réduire le temps de tournage. Les vidéos seront donc autant que possible constituées d’illustrations et de doublage, plus facile à produire. Comme-ça je pourrais encore m’exprimer au travers de ces vidéos plus tôt qu’arrêter pendant plusieurs mois 🙂

En tout cas, maintenant que ces choses urgentes sont faites, je vais pouvoir me recentrer sur TFL et No Comment 004. Ensuite, je continuerais un peu mon musée, Demiurge Mini, peut-être Demiurge 3D, et les articles de mathématique/algorithmie, et pourrais tenter de réécrire de nouveaux articles sur des sujets divers et variés 🙂 Bien entendu, il y aura encore des dessins qui sortiront à une fréquence raisonnable pour moi de 2 dessins par mois, et plus quand je le sens bien 🙂 Ah oui et concernant les vidéos Minecraft, je vais encore reporter celle sur l’usine à laine parce que c’est plus simple pour moi et aussi parce que j’ai eu une idée rigolote pour cette vidéo tout à l’heure en sortant de la douche. Mais, ça va demander plus de travail dessus du coup x)

Inktober terminé, hotdogs presque réussis, Game Coding 7 et invasion de carottes

Je suis en retard x) La semaine du 30 octobre au 5 novembre a commencé par la fin du Inktober. Du coup, voici les deux derniers dessins de ce mois artistique 🙂

Je ne vais pas parler de ce mois de Inktober pour la simple et bonne raison que je prévois de faire une vidéo qui montrera tout les dessins et dans laquelle j’expliquerais mon ressentis global et chaque dessins, ainsi que les idées que j’ai eu et qui n’ont pas était sélectionnées 🙂

Cette semaine, j’ai aussi cuisiné. Je voulais vous montrer mes hotdogs de carottes, mais ce sera pour une prochaine fois. J’ai raté deux fois mes pains, et je mange donc à la place de la baguette ramollie avec mes carottes cuite au bouillon de légumes et marinées avec une sauce salée. J’en reparlerai avec des images quand j’aurai ce qu’il me faut pour ne plus rater mes pains. Pour information, je n’ai simplement pas vérifié la date de mes levures et pas pensé à me préparer du levain moi-même. Bref… x)

J’ai enfin sorti l’épisode 7 de Game Coding sur le Tetris. Je n’arrivais pas à le finir durant le Inktober, mais maintenant c’est fait 🙂 Je vais essayer de prendre 1h le soir pour monter les autres épisodes et si possible finir cette série avant la fin de l’année 🙂

Enfin, je me suis reposée un peu après le mois de dessins quotidiens. J’ai fais un premier dessin pour CarrotInvaders. Suite au Inktober, le magazine CarrotInvaders souhaite publier des dessins militants de personnes intéressées. J’ai envie de participer, et donc de produire 2 ou 3 dessins 🙂 Voici donc le premier et je finis ce compte-rendu là-dessus.

Pour CarrotInvaders - 01 - Partie de balle
Pour CarrotInvaders – 01 – Partie de balle

Fin imminente du Inktober et recette de pizza

La semaine du 23 au 29 octobre 2017 fut consacrée encore et toujours au Inktober. Il reste 2 dessins, et ensuite je me repose un peu pendant 2 jours avant de faire quelques dessins pour le magazine CarrotInvaders, et reprendre mes vidéos, mes jeux, etc… 😉

Mais ce n’est pas tout. J’ai ajouté la recette de ma pizza aux poivrons jaunes sur le blog. Elle m’a été demandé sur Twitter, et j’avais dans l’idée depuis assez longtemps de poster des recettes personnelles. Cliquez sur l’image pour accéder à la recette 🙂

20170922_194305

Recette de pizza aux poivrons jaunes

20170922_194305Ingrédients :

Pour la pâte à pizza :

  • 220 g de farine de blé semi-complète
  • 5g de levure boulangère
  • 15 ml d’huile d’olive
  • 10 cl d’eau froide
  • 1 c.c de thym (ou 1 c.s si vous aimez beaucoup le thym)
  • quelques grammes de sel (facultatif, dépend des préférences)

Pour la sauce tomate :

  • 300 g de de purée de tomate non-concentrée
  • 2 tomates fatiguées ou une variété un peu molle
  • 1 gros oignon blanc
  • 1 gousse d’ail
  • 1 c.s d’huile d’olive
  • 1 c.s de vinaigre balsamique
  • 2 c.s de vin blanc muscat
  • 1 c.c d’origan

Pour la garniture :

  • 1 à 2 gros poivrons jaunes
  • 6 tomates cerises
  • 6 olives noires
  • 1 gros champignon de Paris
  • 1/2 bloc de 125 g de tofu ferme nature
  • 1 c.s de sauce soja
  • 8 feuilles de basilique
  • 1 c.c d’origan

La pâte à pizza :

  • Diluez la levure boulangère dans un peu d’eau chaude et attendez 10 minutes.
  • Pendant ce temps, dans un grand bol, mettez la farine, puis le sel et le thym, et mélangez-les.
  • Ajoutez l’huile, l’eau froide et la levure diluée. Pétrissez le tout au robot ou à la main. Au robot, choisissez la vitesse basse puis, moyenne. Au bout de quelques petites minutes, si la pâte est granuleuse et ne s’agglomère pas assez, ajoutez très peu d’eau. Sinon, à l’inverse elle colle trop au bol, ajoutez un peu de farine. Normalement, le bol doit être propre et la boule de pâte facile à prendre sans trop en avoir sur les doigts, tout en étant molle.
  • Mettez la boule dans un bol un peu farinée, couvrez d’une serviette et mettez-là dans un endroits frais pendant 4 h (3 h en réfrigérateur ou salle très froide).

La sauce tomate :

  • Dans une casserole, faites chauffer l’huile d’olive et couper l’oignon en rondelles et l’ail en petits cubes. Faites revenir l’oignon et l’ail dans l’huile chaude. Attention, ça peut vite brûler.
  • Rapidement, coupez les tomates fatiguées en gros dés. Elles vont sûrement être entre les dés et une sorte de purée, c’est normal.
  • Une fois les oignons caramélisés, baissez le feu et ajoutez l’origan. Déglacez en y versant le vin muscat, et remontez le feu pour laisser un peu réduire le contenu de la casserole. Vérifiez bien les oignons et l’ail, remuez éventuellement.
  • Ajoutez les tomates avec leurs jus, la purée de tomate, le vinaigre balsamique, mélangez le tout et laissez mijoter 10 minutes.
  • Réservez la sauce.

La pizza :

  • Préchauffez le four à 180°C (vérifiez que votre four n’est pas trop puissant. Certains fours chauffent plus qu’attendu).
  • Coupez le(s) poivron(s) jaune(s) en dés, le champignon en tranches latérales, les olives en deux et dénoyautez-les.
  • Faites tremper les dés de poivron et les feuilles de basiliques dans de l’eau froide.
  • Versez la sauce soja dans une assiette, coupez le tofu en tranches plus ou moins fines, et trempez les deux faces des tranches dans la sauce soja.
  • Sur un plan de travail, sur une feuille de papier sulfurisé, étalez la pâte au rouleau de sorte à faire environs 25 cm.
  • Placez la feuille avec la pâte sur un plat à pizza et retroussez légèrement les bords, puis étalez la sauce tomate du milieu jusqu’aux bords.
  • Placez les tranches de tofus, un peu partout. Ajoutez les champignons entre eux. Prenez un peu d’eau dans le trempage des poivrons et basilique, avec vos doigts ou un pinceau et badigeonnez les champignons.
  • Ajoutez les poivrons, sans les éponger, et les feuilles. Il ne faut pas trop détremper la pizza, mais il vaut mieux garder assez d’humidité pour ne pas trop sécher les champignons, poivrons et basiliques par le four. Ajoutez enfin les olives et les tomates cerises et parsemez avec l’origan.
  • Enfournez la pizza, et attendez 5 minutes de cuisson à 180°C. Puis, montez le four à 220°C et attendez encore 15 à 20 minutes. Vérifiez bien selon votre type de four, ce n’est jamais tout à fait pareil 😉

Avant dernière semaine du Inktober 2017

Ce compte-rendu sera vraiment très court. La semaine du 16 au 22 octobre 2017 n’a été consacré qu’au Inktober. J’ai fini par accepter que je n’avancerais rien d’autres en raison d’un nouveau cycle de fatigue. Tant que le mois et donc le défi n’est pas terminé, je préfère éviter de me retrouver sans forces pour dessiner, et même avancer correctement sur le reste. Voici donc les dessins de la semaine 🙂

J’ai aussi posté mardi le dessin du vendredi 13 octobre qui était long à faire. Donc je fini ce compte-rendu là-dessus 🙂

Inktober 2017 – Jour 13 – Teeming – original

Inktober 9 à 15 sans le vendredi 13 et chococake

La semaine du 9 au 15 octobre 2017 était exclusivement consacrée aux dessins pour le Inktober 🙂 Je n’ai trouvé aucun moment pour faire autre chose. Plus je dessine, plus je sais faire de choses et plus je diversifie les traits, les techniques, les styles.

Pour le dessin d’aujourd’hui, j’ai profité pour améliorer mon rendu final sur ordinateur. Je continue à dessiner et encrer sur papier et j’ai d’ailleurs utilisé de l’encre de Chine pour les surfaces noirs. La différence pour le rendu final réside dans un scan en double résolution avec du monochrome noir et blanc. Ensuite, sous Gimp 2, je passe en niveaux de gris et je redimensionne en résolution normale. Cette manipulation permet d’obtenir du noir et blanc pur en gardant un effet d’adoucissement des pixels grâce au nuances de gris autour des traits du dessins 🙂 J’évite donc de dénaturer mes traits en faisant disparaître le papier et les imperfections (qualité du scanner, coups de pinceaux, gondolement du papier, etc…).

Vous aurez peut-être remarqué qu’il manque le dessin de vendredi 13. Je suis encore dessus car il est très long à faire 🙂 Vous verrez, c’est encore plus travaillé que le dessin des trains (Jour 5 – Long). Mais, je ne dis rien avant de le publier parce que c’est une surprise :p

Enfin pour finir ce compte rendu très court, je vous avez promis un gâteau au chocolat. Du coup, le voilà 😀

Première semaine du Inktober 2017, un peu de vidéo Tetris et de TFL 0.7

J’ai failli oublier d’écrire ce compte-rendu aujourd’hui tellement mon esprit est focalisé sur la principale activité de ce mois d’octobre :p Cette semaine du 2 au 8 octobre 2017 est totalement consacrée, comme pour le mois, au Inktober 2017 🙂 Bon d’habitude je ne compte pas le dimanche, mais je dois dessiner tout les jours, donc je le compte x)

Je vous avez dis que je participais au Inktober, et c’est ma toute première fois. Ce défi a comme grande difficulté pour quelqu’un qui a des soucis pour la régularité, d’endurance à l’effort, etc… de devoir justement dessiner tout les jours et publier à chaque fois le résultat. Bon, publier n’est pas obligatoire, mais comme je l’ai dis l’autre fois, c’est plus drôle comme-ça :p J’ai donc déjà réalisé 8 dessins, puisque nous somme le 8 octobre x) Il en reste donc 23 à faire. Autant vous dire que j’ai le temps de voir les journées passer. Enfin, j’ai le temps de les compter, mais je ne vois pas spécialement le temps s’écouler plus que ça, puisque je suis concentrée sur mes dessins. Pour tenir ce défi, je suis tout simplement en mode obsessionnelle sur l’événement. C’est un truc que j’ai compris à propos de moi. J’ai besoin d’avoir des obsessions. J’ai l’impression, mais c’est avec le temps que je pourrai confirmer, que c’est parce que j’essayais de ne pas être trop dans l’obsession sur mes activités que je perdais la motivation et m’épuisais. En ce moment, en tout cas, je ne suis pas fatiguée. J’adore dessiner et en particulier ancrer à la main :p Bon, je dis que je ne suis pas fatiguée, mais j’ai remarqué que depuis hier, je traîne un peu avant de me lancer. C’est aussi parce que je traîne la nuit devant l’ordinateur. Du coup, je vais faire attention à ça pour pouvoir tenir ce défi jusqu’au bout 🙂

Je n’ai pas fais que dessiner cette semaine. J’ai avancé sur le montage de la prochaine vidéo du Tetris qui n’est toujours pas sorti. J’ai aussi avancé sur The Fantastic Labyrinth 0.7. Je n’ai pas encore repris mon projet de maison et je pense que ce sera mieux en novembre. Je voulais aussi vous montrer une photo de gâteau au chocolat, mais je n’ai pas eu le temps de le faire aujourd’hui x) Donc, vous en aurez une le weekend prochain 😀 J’avais un peu zappé mes articles de maths et d’autres choses. Ça reviendra aussi en novembre, sauf si je trouve du temps et un début d’obsession pour ces activités avant x)

Petit rappel de où aller voir mes dessins et images :

Montage épisode 7 du Tetris, Artefacts dans TFL 0.7 et Inktober 2017

Dites donc, il y a beaucoup de 7 dans ce titre xD Bon, j’ai consacré cette semaine du 25 au 30 septembre 2017 au montage de la prochaine vidéo sur le Tetris et à TFL 0.7. L’épisode 7 du Tetris prends son temps. Je ne suis pas du tout dans l’état d’esprit adéquat pour faire du montage. Comme vous le savez maintenant, je fonctionne par périodes. Ce n’est toujours pas une période de goût pour la conception de vidéos et c’est même une période dans laquelle le montage est vécu comme une corvée. Mais pour éviter d’arrêter temporairement la série sur le Tetris, je prends une demi heure à une heure à monter l’épisode 🙂

Sur The Fantastic Labyrinth 0.7, j’ai avancé sur la fameuse salle secrète ou plutôt son contenu. J’ai codé les classes des artefacts, leurs types et le gestionnaire. J’ai aussi intégré le tout dans le moteur du jeu. Il me reste, sur cette partie, à faire les graphismes des artefacts, enchaîner sur l’amélioration de l’inventaire, et terminer sur les fonctionnalités des artefacts. Pour la sortie, il faudra encore attendre que j’améliore les sources de lumières. Enfin vous verrez les nouveauté à la sortie que je souhaite avant la fin de l’année, et l’idéal serait courant novembre ou avant si possible 🙂

Inktober 2017 - 01 SwiftEt maintenant pour finir ce compte-rendu, petite annonce sur un événement que j’ai commencé aujourd’hui, 1er octobre. Je me suis lancé dans le Inktober 2017 :p Je n’osais pas trop le tenter parce que je n’étais pas certaine de tenir tout les jours. Et puis, après en avoir discuté avec un ami très cher, je me suis dis que ça serait fun et constructif de le faire. J’avais le choix de le faire dans mon coin pour moi-même ou de publier mes dessins. Évidemment, j’ai choisis de publier tout les jours le dessin du jour, parce que sinon ce ne serait pas drôle (masochiste…) xD Et du coup, je vais surtout poster sur mon deviantart, et essayer de poster les images ici aussi. Donc, privilégiez ce lien pour suivre mon Inktober : Ma galerie pour le Inktober 2017